L’histoire

UN LIEU UNIQUE
Patrimoine naturel et culturel fort de la ville d’Ajaccio et de la Corse, les îles Sanguinaires sont classées depuis 1974 au titre de la loi du 2 mai 1930 sur la protection des sites.

En 1995, ce classement s’étend à la Pointe de la Parata et sa tour génoise, faisant aujourd’hui de l’ensemble un vaste espace protégé, « Figure de proue » de l’entrée de la ville.

L’extrême beauté des lieux, le caractère emblématique qu’il revêt pour les Corses et les visiteurs, ainsi que de son caractère exceptionnel du point  de vue environnemental en font un lieu unique.

Pà l’aiaccini, a Parata hè dipò una bella stonda un locu di piacè, un locu stimulanti ind’ellu si pò ripiglià fiattu è smaravigliassi.

Le patrimoine architectural et l’histoire du site sont tout aussi riches avec, sur Mezu Mare, la plus grande des îles de l’archipel des Sanguinaires, la Tour carrée (1550), les vestiges d’un Lazaret (1807), un sémaphore désarmé (1865), le célèbre phare (1845) des « Lettres de mon moulin » d’Alphonse Daudet, et, à l’extrémité de la Pointe de la Parata, une Tour Génoise (1608).

 

GENESE DE L’OPERATION GRAND SITE
En 2002, la Ville d’Ajaccio et le Conseil Général de la Corse du Sud, respectivement propriétaire de la pointe de la Parata et de Mezu Mare constatent que ce site attire de plus en plus de visiteurs chaque année  ( plus de 300 000 visiteurs sur la Pointe de la Parata et  10 000 visiteurs sur l’Ile de Mezu Mare ) ce qui entraîne des difficultés de stationnement, renvoie une image très dégradée et confuse du site, gène la perception d’ensemble du Grand Site et engendre des dommages environnementaux, les plus évidents étant le piétinement et la disparition de la végétation naturelle. De plus, le site porte la trace, surtout dans sa partie arrière à Campo-di-Reta, des diverses occupations humaines qui s’y sont succédées, en laissant parfois des stigmates peu valorisants.

Forte de ces constations, les deux collectivités s’engagent dès 2002 dans une Opération Grand Site, opération pilote pour la Corse de réhabilitation et gestion dynamique de ce site sensible dont la surfréquentation obère la durée de vie. La maitrise d’ouvrage en est confiée à la Ville d’Ajaccio.

Les travaux de restauration et d’aménagement de l’isthme, réalisés par la Ville dès 2002, ont constitué le point de départ d’une vaste opération de requalification et d’aménagement qui va s’étaler sur plusieurs années.

Prufittendu di u segnu di l’uperazioni di i siti assignalati (Opération Grand Site in francesu) di u ministeru di l’ecologia è di u sviluppu durevuli, u prugramma d’azzioni, fattu incù u cunsigliu generali, hà pà scopu l’urganisazioni di a fraquentazioni di u situ spicialmenti à nantu à a staghjoni turistica è a so prutizzioni à longa via denduli valori pà u prufittu di tutt’ognunu